România

La Roumanie a adhéré au réseau européen de recherches sur le communisme

​La Roumanie a adhéré mercredi à la déclaration conjointe visant la création du Réseau européen pour la mémoire et la solidarité, aux côtés des pays fondateurs, l'Allemagne, la Pologne, la Slovaquie et la Hongrie.

La signature de l'accord a eu lieu au siège du ministère de la Culture, en présence du ministre Kelemen Hunor, de son homologue polonais, Bogdan Zdrojewski, de l'ambassadeur d'Allemagne à Bucarest, Werner Hans Lauk, de l'ambassadeur de Hongrie à Bucarest, Botond Zakonyi, et d'officiels de Slovaquie.

En tant que partie du réseau, la Roumanie fera des recherches sur le communisme et le totalitarisme, afin de mieux connaître le communisme de l'Europe centrale et de l'Est et de transmettre aux générations nées après 1989 la vérité historique.

Selon le ministre de la Culture, Kelemen Hunor, une action culturelle sera organisée en juillet-août censée attirer l'attention des citoyens européens sur les traces du communisme. Ainsi, un train plein d'artistes passera par toutes les villes qui se sont révoltées en 1989 contre la dictature communiste.

"Il y aura environ 30-40 artistes de sept pays dans le train et, par des actions culturelles, sera célébrée l'obtention de la liberté. Le train s'arrêtera aussi en Roumanie, à Timisoara - ville qui a marqué le début de la révolution - et achèvera son tracé à Bruxelles, de manière symbolique. À présent se déroule un concours international de sélection des artistes", a déclaré le ministre Kelemen Hunor.

La Roumanie accueillera en 2016 un symposium organisé par le réseau, qui présentera les résultats des recherches sur le communisme.

Le ministre polonais de la Culture, Bogdan Zdrojewski, a relevé que l'adhésion de la Roumanie au réseau "renforcera" la collaboration des États membres, censée refléter l'histoire des pays ex-communistes.

"Le réseau a été créé en 2005 et l'idée principale était d'avoir à la portée les instruments nécessaires pour l'approche transnationale de l'histoire du XXème siècle dans la zone de l'Europe centrale et de l'Est. La Roumanie a été invitée en 2013 à être membre de ce réseau et nous estimons qu'il est important d'en faire partie parce qu'elle aussi est un pays ex-communiste. Il est important de connaître le passé et savoir ce qui nous est arrivé dans cette période-là", a dit le ministre.

L'ambassadeur de Hongrie à Bucarest, Botond Zakonyi, a relevé que le réseau gagnait par l'adhésion de la Roumanie un partenaire puissant, qui contribuera à la croissance de la quantité des informations historiques sur le communisme de l'Europe de l'Est.

Source: l'Agence nationale de presse roumaine AGERPRES

 

Je vous propose une brève réflexion sur les enjeux stratégiques de la Roumanie pour l’année qui vient

11/19/18

Centenaire oblige, notons que la Roumanie profite aujourd’hui d’une sécurité et d’une prospérité sans précédent. Nos efforts sont fondés en priorité sur des objectifs majeurs: le Grand Centenaire comme repère de réflexion et projection ; la Présidence…

Interview : S.E. Mme ODOBESCU Luminiţa Teodora pour le Journal Général de l'Europe

06/15/18

Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire, Représentant permanent de la Roumanie auprès de l’union européenne et Présidente du Groupe des Ambassadeurs francophone de Bruxelles (GAF-B) Pouvez-vous nous présenter la représentation permanente de la Roumanie…